BLOG

HÉMODIALYSE CHRONIQUE

L’hémodialyse chronique, avec la dialyse péritonéale, est le traitement de suppléance de base de toute forme d’insuffisance rénale chronique terminale. Ce traitement vise à éliminer directement du sang les toxines urémiques que les reins n’arrivent plus à extraire et qui menacent directement le pronostic vital du malade. Les séances d’hémodialyses se répètent habituellement au rythme de 2 à 3 par semaine et durent chacune environ 4 heures. Au besoin, des séances supplémentaires ou un allongement du temps peuvent-être réalisés. La technique d’hémodiafiltration (HDF) est privilégiée.

FISCULE ARTERIO-VEINEUSE

Le sang est prélevé de l’organisme au départ soit d’un cathéter veineux central soit d’une fistule artério-veineuse, pour être traité dans un circuit extracorporel (CEC) pourvu d’un « dialyseur ou rein artificiel » où s’effectue l’épuration proprement dite. Durant toute la séance, le sang circule dans ce CEC soit de manière continue lorsque l’abord vasculaire se fait en biponction (une voie pour l’aspiration et une voie pour la réinjection du sang), soit de manière alternative lorsque l’abord se fait en uniponction (alternance d’une phase d’aspiration et d’une phase de réinjection du sang). On estime qu’une séance est efficace si le volume total de sang traité correspond à plus de 75% du poids idéal du malade. Ceci justifie la durée de 4 heures, le débit sanguin dans le CEC étant rarement supérieur à 350ml/minute. Ce critère n’est cependant pas le seul paramètre d’efficience et d’autres mesures sont régulièrement effectuées par mesure directe en ligne (Module « OCM » sur moniteur Frésénius 5008) qui doit-être > 4 par semaine, tests de recirculations, …).

DEROULEMENT DES SEANCES

La tolérance des séances est généralement bonne une fois que les données personnelles se sont affinées (poids idéal de fin de séance, VSR critique, composition du dialysat, médications spécifiques, …), même si elles font ensuite l’objet d’une constante réévaluation par le néphrologue. Cette bonne tolérance est aussi dépendante de la discipline et du bon état général du malade, et nous encourageons nos patients à intégrer le plus possible ces séances dans un rythme de vie le plus proche de la normale (activités scolaires, professionnelle, loisirs, sports, voyages, …), tout en respectant nos consignes diététiques et thérapeutiques.